> Critiques > Labelisés



Michel Cloup Duo, troisième album. Toujours cette plongée dans une vie qui n’est pas la nôtre mais pourrait, en fait. Michel Cloup se raconte avec pudeur aux côtés de Julien Rufié, le nouveau batteur à la suite de Patrice Cartier.

Troisième album, donc, avec ici et là des morceaux de vie rongés sur les bords, des morceaux de vie grignotés, savourés parfois, ou oubliés, rejetés. Des bouts du passé, du présent, des expériences, des souvenirs, des démangeaisons dans la colonne vertébrale, une tête enfouie dans les mains qui se relève, une fuite en solitaire, des révoltes silencieuses qui explosent. "Ici et Là-bas" raconte tout cela, des vies en une seule. La longue suite d’événements simples qui constituent nos existences. Michel Cloup nous rassemble autour de mots simples qui les raconte, nos vies mal fichues.

Michel Cloup emploie un langage simple, va droit au but, s’accompagnant de sa guitare tandis que Julien Rufié complète la mise en musique.

L’histoire se révèle petit bout par petit bout, au fur et à mesure que les titres s’enchaînent. De "Qui je suis" à "Une Adresse en Italie", en passant bien entendu par l’indispensable et incroyablement juste "La Classe Ouvrière s’est enfuie", Michel Cloup fait le récit de vies éparpillées, en mille morceaux, qui se retrouvent le temps d’un album coup de poing. Je n’ose pas dire "album coup de poing", c’est tentant, mais ça serait faux : Michel Cloup n’est pas agressif, ni provocant.

C’est sans doute ce qui rend son album si puissant.