> Critiques > Autoproduits



Membre de l’émérite groupe 1=0 (il faudrait s’attarder plus longuement sur l’intransigeance exceptionnelle de ce groupe) Ali Veejay semble s’offrir une forme de transhumance musicale dans des alpages lointains. De retour de celle-ci, il revient avec dans son sac des chansons fragiles, habillées avec une économie notable d’effet, faisant de la ligne mélodique bien plus que le squelette. Mélangeant acoustique et bidouillage électronique, collage et respiration musicale pure, « Collabs » offre plusieurs pistes à Ali Veejay, dont celle de « Lowest Part » qui semble être la plus prononcée. De l’introduction mystique et terriblement douce ( " More Attached " ou comment en une minute seize vous saisir d’émotion) au funambule « Just Ending » qui trouve de l’assurance en avançant, au pédestre « One Guide » , car accompagnant parfaitement un retour de transhumance, Ali Veejay s’ouvre de nouvelles perspectives, remettant probablement encore les notions de mathématiques, mais pas celles de l’écriture. A suivre absolument.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.