> Critiques > Autoproduits


  • 2 février 2021 /
    Novel
    “Baja Fidelidad” (Site)

    rédigé par gdo
    4 votes
      (9/10 - 4 votes) notez cet album


Elle se lézardait plus en plus cette fêlure. Elle qui gisait et que je ne voulais pas ramasser se transforma en une forme un serpent de plus en plus dangereux, tel le bâton de Moïse dans les dix commandements. Entre son poison et son envie de mordre, elle creusa, érigeant des falaises et des montagnes impossible à escalader sans une force de caractère ne cherchant pas une aide quelconque. Dans le fracas de ce désordre, à l’ombre de ces perturbations à la sombre nébulosité, une lumière à peine perceptible. Elle se présente sous le nom de la mélancolie et elle charrie sa charrette de problèmes, de déceptions, d’amour fracassée, de dévotion à des paradis à l’artificialité nocive aux soins fruits d’un pacte avec un diable. Cette lumière, c’est Novel qui la porte dans une lanterne. Ermite dans une cavité à l’abri des orages, Novel a eu le temps de braver la stupéfaction pour mettre des sons et des mots sur ses propres affres. C’est avec un imaginaire plongé dans une tendre féerie ( Las parejas perfectas) que Novel nous irradie sans emphase avec une classe que nous ne rencontrons guère que chez Idaho ou The National (ou dans les bouges improbables d’un far west en construction sur "Martes trece"). La chaleur de ces chansons aux destins tortueux, est un baume sur nos blessures, répondant à merveille à l’adage qui fait que nous écoutons des chansons tristes pour entendre quelqu’un qui va encore moins bien que soit. Alors je ne sais pas si Novel est au bord d’un précipice, sa lumière comme ultime signe d’une vie, mais je sais que cette ouverture dans ce noir béant sera la branche avec laquelle je vais reprendre vie, comme nourri et pansé par les fruits offerts. Un disque à la haute fidélité poignante, une main tendue.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.