> Critiques > Labelisés



Ah Les Disques Normal. Bon, maintenant quand je vois ce nom, je suis quasi sûr que je vais aimer, vu la qualité grandissante du catalogue Et bien Mermonte ne sera pas l’exception qui confirme la règle ! Car cet album m’a vite emballé. Peut être est-ce cette frénésie de sons, cette positivité, en tout cas il est arrivé à point nommé, pourtant je suis d’habitude plus emballé par du crade et sombre. Or ici c’est lumineux, propre. L’exécution technique est exemplaire, les rythmiques emportent, sautillantes, pour un voyage pop, auquel on pourrait s’amuser à ajouter de multiples adjectifs : alternatif, rêveur, orchestral, post ce qu’on veut... Les mélodies restent vite en tête, l’évidence pop guidant avant tout l’envolée. Rien que "We’re on the same way" ne quitte plus la mienne. Un autre point fort est la production, le mixage qui rend justice à ce tourbillon, car chaque détail reste audible même lorsque la superposition est maximale. J’avais peur d’avoir affaire à un disque ressemblant à un live fait avec une boucleuse, limitant ses morceaux à des montées et ajouts de couches. Mais non, l’inventivité est là, entre mélodies accrocheuses, relances rythmiques, composition équilibrée (et équilibriste) autant que millimétrée. "David Le Merle" est l’exemple parfait de cet équilibre subtil. Avec "Grain" on a un morceau très entraînant, introduit par la guitare qui nous montre un style de jeu singulier. Des petits sursauts dans les riffs qui m’ont parfois fait penser au guitariste de Six Gallery, malgré la différence entre les deux groupes. Il serait d’ailleurs difficile et dommage de classer Mermonte, mais le groupe navigue et mène sa barque, faisant par exemple escale vers la folk avec ’Acoustique". A l’instar d’un Tunng, le groupe s’amuse des formalités et intègre tout ce qui est à sa portée. On percevra du Sufjan Stevens, album Michigan en tête, surtout pour le magnifique "Eté". Il faut dire qu’ils partagent cette affection pour les rythmes syncopés. "Oups" continue dans la lignée en ouvrant un peu plus les voiles sur la fin. Chaque morceau est comme le fragment d’un disque cohérent, homogène, surtout de par cette humeur particulièrement communicative qui le traverse de part en part. J’imagine pourtant que l’enregistrement n’a pas dû être aisé, vu la complexité des titres, leur richesse, le nombre de pistes... Au final, par gourmandise je dirais que j’aurais aimé en voir plus. Alors à bientôt hein ??? Barclau