> Critiques > Labelisés



Quand tu as un label, soit tu as des chouettes artistes, soit tu as de bonnes idées, soit comme l’un de nos labels chéris (Les Disques Normal) tu as les deux, et tu parviens à combiner le tout pour qu’il en ressorte quelque chose soit de génial ou....de génial.

Tu prends deux groupes, ou deux collectifs (qui soit dit en passant sont des pensionnaires de notre série de compilations), l’un du Danemark l’autre bien de chez nous, même si le chez eux est un chez nous magnifié, car si chez nous il y faisait si bon vivre que dans le chez eux de eux, nous serions bien chez nous...donc chez eux (cette phrase postule à la phrase la plus nulle de l’année, dans la catégorie rock critique amateur de quatrième division)

Les Danois ce sont ceux de Dad Rocks !. Les gens de chez nous (enfin de.....ok j’arrête) ce sont ceux de Mermonte. Avec des deux collectifs, il y avait moyen sans peine de monter une équipe de rugby, sauf qu’au Danemark Chabal est probablement le nom d’un plat local à base de gibier et de châtaigne et pas celui du premier rugbyman homme-sandwich. Devant le fait accompli, le label a donc décidé de les éloigner d’un rectangle vert, leur proposant à l’instar de ce que le label We Are Unique Records avait fait pour le coffret fêtant les 10 ans du label, d’enregistrer un single non pas ensemble, mais dans une sorte de double mixte croisé et sans filet, pour une pêche qui allait s’avérer miraculeuse. Mermonte avait donc en charge un morceau de Dad Rocks ! et les Danois eux se voyaient confié un morceau de (roulement de tambour) Mermonte. C’est le premier titre du premier album de Mermonte, "Monte" que Dad Rocks ! reprend. Si les vagues avancent peut-être plus lentement, l’écume des paroles eux prennent une teinte charmante, grâce à un accent danois méticuleux et gracieux à la fois. Memonte fait de l’orfèvrerie, Dad Rocks ! porte les bijoux à merveille. Tiré de "Year of the Flesh", "Pro-Filing" est maintenant un titre de Mermonte, tant le groupe transforme celui-ci, lui donnant une couleur presque hivernale qui pourrait nous amener à sortir la hache pour couper le sapin qui décorera notre intérieur.

Donc, quand tu as un label, tu peux parfois faire du neuf avec du vieux, occuper le terrain en dilapidant les bijoux de famille. Les Disques Normal préfère le partage en famille, faisant vivre à son patrimoine, non pas une seconde jeunesse, mais une nouvelle (très belle) vie sur un split single vinyle à se procurer absolument.

À noter la pochette réalisée par quelqu’un de la famille ADA, Jérôme Sevrette.