> Critiques > Labelisés



Nameless Ils sont beaux, ils sont comme les gendres que nous voudrions pour illuminer les jours et les nuits de nos filles, et en plus il savent mettre du soleil dans nos vies, encore plus avec ce EP, le bizarrement nommé « Portrait » alors que « 7 Days in the Sun » est la pièce maitresse, morceau remixé trois fois. Et plus de celui ci deux morceaux, le dispensable « E.R. » qui ne sait pas trop ou se positionner entre Brian Ferry et Stock Aitken Waterman. Avec « Delphine » le groupe continu sa liste des conquêtes en mouvement après « Angelina ».

Mais ce que l’on retiendra c’est que ce EP arrive avec le soleil, il appelle celui ci de ses vœux pour l’accompagner, même sur la plus cool, la plus suave, la presque caliente à partager à l’horizontale, la version NSFW qui s’écoute fort, très fort, pour un instant chaud très chaud, une transe paganiste, un comble pour ces garçons si bien présentés.

Voilà l’été




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.