> Critiques > Labelisés



On a vu la demoiselle aux Bars en Trans, au Printemps de Bourges, en première parte de nombreux artistes variés (Keziah Jones, Olivia Ruiz, Mademoiselle K), et elle sort le 21 avril son premier album, "Pull", plutôt comme le verbe tirer que comme le vêtement hivernal qui ne conviendrait pas très bien à cet album. Elle l’a voulu rempli de mélodies au son de la harpe dont elle joue elle-même, car la Rémoise (oui, elle vient de Reims) est musicienne et chanteuse.

Elle interprète en anglais sur une musique électro-pop des airs doux que l’on sent plein d’une énergie débordante, et il semble que c’est sur scène que cette énergie se déverse à flots. Influencée par le genre classique, elle multiplie avec ses musiciens les instruments modernes, ce qui se traduit par des alternances d’airs pêchus (Ohohohooooh, en particulier) et de morceaux susurrés. Tout cela est très riche, trop même, entre sa voix aiguë, l’accent anglais pas terrible, les choeurs, les multiples sons juxtaposés, l’auditeur un peu tatillon de l’oreille est parfois un peu perdu. Des effet vocaux à la Camille, un univers "onirique" à la Björk, Milamarina doit trouver sa voix et sans doute que ses influences classiques la démarquent.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.