> Critiques > Labelisés



On l’attendait plus celui là. Et finalement on aurait pu s’en passer. Le come back ce n’est jamais très bon. Surtout quand il n’y a plus que le batteur d’origine. En même temps Che est Don Caballero. Mais il aurait pu un peu mieux choisir ses partenaires. Fini les envolées de Ian Williams (maintenant chez Battles), et sa guitare magique, qui associée à la batterie dévastatrice de Che, nous avait donné des frisons. " Wolrd Class Listening Problem " revient un peu aux premiers amours du groupe, à savoir le bon vieux bourrinage de derrière les fagots. Ce n’est pas très frais et surtout ce n’est vraiment pas terrible. Mais bon en fait ça sert à rien de discuter, Damon Che sans Ian Williams ce n’est plus Don Caballero. Toute la particularité du groupe tenait dans cette complémentarité, dans ce jeu si particulier de Williams soutenu par l’énorme activité de Che. Alors oui je suis fortement déçu par ce nouvel album, grossier, brut de décoffrage, sauvé malgré tout par deux trois bonnes idées, mais dont l’essence n’est plus. Un vulgaire groupe de rock sans âme. On a plus l’impression d’avoir à faire à un groupe de heavy s’essayant à l’instrumental, qu’à un groupe ingénieux, multipliant les expérimentations, poussant le plus loin possible les limites d’un genre dont ils étaient les seuls maîtres. Ce disque amènera peut être de nouvelles personnes à écouter Don Caballero, mais ce ne seront sûrement pas les mêmes que ceux qui, il y a de cela près de dix ans, avaient entendu dans un magasin de disque " What Burns never returns ". Ils n’ont pas tenu leur parole. Comme quoi même avec un seul quart de siècle on peut être un vieux con nostalgique. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.