> Critiques > Labelisés



La diplomatie est une mélodie difficile à offrir, quand tout est fait pour l’explosion, retenir sa poudre, éviter l’étincelle, faire restriction du feu, est un couteau, et un travail de fou. Archive, baignant depuis les 90 dans un tri hop quasi parfait, culte dans les marchés sous-terrain, de sensibilité parfois extrême, propriétaires d’un son somptueux, organique et charnel, ont soudain des révolutions intimes, capables de renverser ce groupe, de le malmener, de l’annihiler. La musique est question de diplomatie, de prendre de l’un et l’autre, et Archive en est là

Diplomate est celui qui s’attache à trouver le trait d’union entre deux monde sans bousculer l’un, ni écraser l’autre. Archive en est là, a jongler comme il a toujours fait entre ses membres, les instincts de chacun d’eux, chaque route, sans briser ce passé soyeux, sans pour autant faire l’aveugle sur les futurs rocailleux. Dans la finesse joue cet éléphant multi-tête, ce sont déjà bien des années (bien que sous différentes voix et visages) qu’Archive nous offre ses perles, personnellement, j’ai choisi de parler d’eux pour ce Controlling Crowds si dense et terrible, qui m’a fait adhérent de ce petit culte underground qui un jour les rendra géants. Restriction est un pas en avant, un premier accord diplomatique a trois bandes, passé, futur, et musiciens. C’est cette diplomatie qu’ont si bien géré Depeche Mode, ce pas en avant qui fait que les nouveaux et les âgés s’unissent, trouver ce tunnel qui relie l’acquis et le plus encore. Restriction, pour l’instant, se freine sur cette paix, cet accord heureux que surement plus d’un pensait mortel, et devient ainsi un disque de passage, merveilleusement produit (les musico de trip ont ce don), chansons liées par des fils d’ors, perles après perles, ou jouent les nœuds les voix si contrastées, exécutant avec sensibilité les registres plus violents et les plus intenses avec les plus émotionnels et intérieurs ( End of our Days est cette sensiblerie parfaite pour mes voyages en métro matinaux, et feel it cette décharge de volts suffisante a bruler la nuit). Des années arrières cette étude des rythmes, l’usage des sons, la politique du soyeux, des années à venir, les guitares excitées, les voix plus humainement faussées ou accidentées), la politique du feu. Restriction restreint le changement trop brutal qui pourrait briser Archive, un disque de sagesse pour passer de la lumière a l’ombre et vice-versa, un disque de passage, sans être le meilleur, mais préparant la venue de l’art, la grandeur est encore dosée en gouttes d’or, le prochain, si il suit ce chemin que la diplomatie a su nous faire aimer, sera titanesque. En attendant de prendre le pouvoir par la force, prenons-le par l’intelligence. Loin de moi l’idée de rabaisser ce disque pour être intermédiaire, ces disques sont importants pour l’histoire du groupe, et ses chansons sont superbes, et nous enseignent plus qu’ils ne le disent, charnières sans qui aucune porte ne s’ouvrent, de plus, ils sont preuve d’intelligence, de savoir faire et sont écrins parfaits pour chanson – attire-oreilles neuves, pour engranger de nouveaux auditeurs, ouvrir les champs de vision sans chocs dramatiques. Restriction porte donc bien son nom, le suivant pourrait s’appeler Implosion, explosion, ou, si tout va bien universel.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.