> Critiques > Labelisés



Il faut savoir consommer du buzz, de la hype. Eviter la précipitation mais aussi le revers de la main facile. Une hype s’apprivoise, se mérite presque dans de bonnes conditions, sans les parasites des épithètes faciles et oisifs, sans les corbeaux moqueurs qui ne pissent pas aux toilettes pour ne pas être taxé de convention.

The Japanese House est une Hype. Passer à côté serait aussi difficile que de ne pas comprendre que les prochains assistants de la Maison Blanche seront des consommateurs de Havane grand cru. Sans passer à côté je l’ai laissé maturé ou perdre de son parfum de synthèse. La maturation s’avéra bonne, car « Pools to Bathe in » mérite que l’on ne passe pas rapidement dessus, car derrière The Japanese House se cache une jeunette de bientôt 20 ans qui semble avoir tellement bien digéré des influences qu’elle semble en être dépourvue totalement. Ici la pop serait allongée pour une séance de psychologie dans un bar lounge par un docteur es trip hop. Les quatres morceaux sont des plateaux aux victuailles raffinées mais en aucun cas disposées comme le buffet d’un pseudo restaurant à volonté.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.