> Critiques > Labelisés



Rentrer de vacances est un vertige amer que nous aimons sournoisement nous imposer. De retour de contrées plus ou moins lointaines il faut se laisser reprendre par ce quotidien morose, s’obliger à retrouver les cercles que la vie nous imposent. Rentrer de vacances c’est aussi, et c’est le cas aujourd’hui, trouver une bonne surprise dans la boite à courrier alimentée par des voisins s’occupant de la maison.

Dans la masse d’enveloppes, une finira par surpasser les autres, comme si Elecampane savait que mon humeur maussade nécessitait une remontée rapide d’un moral en perdition, quand la maison est vide et que vous restez seul à vous demander à quoi tout cela sert au final.

Au final tout cela sert à faire des rencontres, et quand elles sont musicales elles ne sont que meilleures, la trahison étant auto détecté par mes oreilles. Avec « High Hopes » de Elecampane (émanation de trois Concrete Knices, en l’occurrence nicolas Delahaye, Guillaume Aubertin et Augustin Hauville) les trois caennais clôturent un week end Normand tonitruant, Aulas peut en témoigner. Ce 4 titres vient fracasser en douceur la musique qui nous hantera encore longtemps, celle des années 90, lui ajoutant des pulsions clashiennes écrasantes via une basse jouée sous une température de 50 degrés avec un taux d’humidité de 2000 % (Heaven).

Ces chansons sont aussi évidentes que percutantes, le pas se fait tantôt lourd, tantôt aérien. Le recueillement est parfois de mise (Where We’re Been) et les mélodies comme des obligations, quel que soit le style abordé. La nostalgie prendra un tour presque émouvant à l’écoute de « Anymore » véritable tube comme sorti tout droit d’une compilation Volume, d’une émission de John Peel ou Bernard Lenoir, des émissions que j’écoutais aussi pour me consoler de la fin de quelque chose, comme les vacances.

Avec « High Hopes » je peux déjà me réjouir en fêtant le début de quelque chose de grand.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.