> Critiques > Labelisés



Xavier Jamaux. a fait des musiques de film, beaucoup, et bossé avec les membres de Air au sein d’Orange (la bande étant complétée par Alex Gopher). Il a déjà sorti, sous le nom de BangBang, quatre EP et deux albums (sur le label de Bob Sinclar), produit des remixes (dont le magnifique “Jim” de Jean-Louis Murat), collaboré avec de nombreux artistes dont Jay Jay Johanson que l’on retrouve au générique de ce nouvel EP éponyme. Bref, sur le papier, mes oreilles frétillent d’avance.

Dès les premières notes de “Superstitious Guy”, je me sens comme un drogué au moment où le précieux nectar s’immisce entre les globules rouges. Montée immédiate. Plongée en apnée dans les années 80, sonorités de synthés absolument magiques, puis la voix de Jay Jay Johanson, entre chant et murmure, ce titre est superbe. Départ pour le night club, cocottes de guitare, néons et cocktails, je m’attends à voir débarquer une blonde au brushing improbable avec des jambes rendues interminables par un jean taille haute, t-shirt fluo et grandes boucles d’oreille. Ce n’est pas qu’une question de son, de choix de synthés, c’est un vrai travail d’écriture qui sait puiser dans le passé sans pour autant s’y noyer. Xavier Jamaux se balade entre disco, house et soul avec intelligence et une grande maîtrise de la puissance évocatrice de sa musique, probablement liée à son expérience de compositeur de musiques de film.

Ce disque s’annonçait bien, et le résultat est à la hauteur ! Mon seul regret, c’est que je reste sur ma faim. Trois titres et à peine plus de 12 minutes, c’est ce qu’il aura fallu à BangBang pour me convaincre et me donner envie d’en avoir plus. J’espère maintenant que cet EP sera rapidement suivi d’un album qui me permettra de planer le plus longtemps possible.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.