> Critiques > Labelisés



J’entends une respiration contrariée, jamais véritablement apaisée dans cet univers tout aussi onirique qu’habité de créatures que nous sommes incapables de voir, mais dont nous percevons la possible présence. Pyrit aka Thomas Kuratli nous emmène dans un monde pesant, un ciel sans soleil, sans Lune, un paysage avec un air raréfié, des particules fines comme des obstacles à notre avancée. Le son qui nous arrive est pur, pas débarrassé totalement des interférences radio d’atomes déboussolés, mais il est comme la lumière après le chaos.

UFO est un disque qui s’écoute en marchant, des pas lents et empreints à la fois de recueillement et de crainte. Les ombres de Timber Timbre ou encore d’un David Lynch habité par un Neil Young passé par la cryogénie planent au dessus de cette œuvre qui parle d’un après sans retour. Ces ombres sont diffuses, car dépourvues du carburant, la lumière totale. Si la lenteur est souvent assimilée à une recherche de repos, à une chute vers l’endormissement, chez Pyrit elle est le fruit d’une lente transformation qui ne se fera pas sans douleur, sans cri, sans cœur battant de plus en plus vite, pour finir dénué totalement de chaire humaine, les veines devenant des conduits électriques, les articulations des rouages mécaniques, le cerveau des composants électroniques connectés les uns aux autres.

Quand un Suisse s’enferme dans un sous sol parisien, il en ressort avec une histoire d’apocalypse, ou quand l’unique rescapé d’une apocalypse se transforme en robot, car l’avenir de l’homme nous le savons, c’est le robot, lui seul est épargné par l’instinct de destruction qui semble malheureusement être notre dessein. Pyrit signe une œuvre paradoxale, une œuvre lumineuse sans lumière, une œuvre apaisante et terrifiante, une œuvre d’un après que nous ne souhaitons pas mais qui nous donne à réfléchir sur l’avant que nous sommes incapables de préserver. L’apocalypse selon Pyrit.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.