> Critiques > Labelisés



Quand il y a quelques mois Nicolas Cancel m’a contacté pour le lancement d’une campagne de financement accompagnant la sortie vinyle de son nouvel album, j’ai d’abord foncé pour y participer, puis je me suis précipité pour l’annoncer sur ADA, avant de me plonger dans un disque, m’oubliant dans les méandres de cette journée comme on se laisserait du temps dans une piscine chaude. J’avais oublié juste d’en parler, de dire combien Nicolas Cancel aka Winter By Lake et son label Travelling Music (pour ceux qui ne le sauraient pas, le label a sorti l’un des meilleurs disques français de ces 20 dernières années avec Hoeppfner) traversaient nos vies de mélomanes souterrains, ravissant nos oreilles et comblant notre appétit féroce et (trop) souvent exigeant.

Avec ce nouvel album qui n’est pas un concept, il relate la vie d’un certain Mister Wine (qui n’a à priori rien à voir avec Jean-Louis Borloo). C’est un voyage dans nos vies pour peu que nous soyons réceptifs à ces chansons qui s’épaississent d’écoute en écoute. Car ce qui fascine chez Nicolas Cancel en plus de son écriture qui me fait beaucoup penser à celle d’un groupe américain (si tu veux savoir, tu liras cette chronique jusqu’au bout) c’est que Winter By Lake se résume à lui, sans aide extérieur, sans intervention autre que pour le mastering. Ces morceaux qui sont des maisons de poupées construites avec une précision d’horloger suisse (à titre d’exemple je pense ne toujours pas avoir fait le tour complet d’un titre comme "Shelters") sont accessibles, avec une forme d’universalité qui justifiera que chacun pourra trouver dans ces chansons des ressemblances avec nos vies.

Nicolas Cancel rejoint avec ce nouvel album un cercle très fermé de songwriters éminents, pouvant cousiner sans peine avec David Freel et son Swell, tant les deux univers semblent proches jusque dans le chant, dans la façon de poser la voix. Il signe un précis de Folktronica (c’est l’étiquette) sans une seule seconde démonstrative, se mettant aux services de la musique et ses chansons, elles-mêmes à notre service, à telle enseigne que nous en aurions oublié de louer celui-ci.

"The Journey of Mister Wine" ou le liant réparant les lignes de fracture entre le passé le présent ou le futur, un disque sans époque, sans date, donc complètement universel. Foncez donc dans la minutie jubilatoire de Winter By Lake.