> Critiques > Labelisés



Voilà un disque qui devrait beaucoup plaire, et une compositrice prochainement au sommet des charts. Il ne s’agit pas de jouer à la voyance mais de constater un simple fait : Jungle Contemporaine, le deuxième album de la tourangelle Mesparrow, réussit à concilier intransigeance indie-pop et chansons populaires – avec naturel, logique et forte personnalité.

Mesparrow (alias Marion Gaume), c’est d’abord une voix supérieure qui provoque le frisson. Sans doute car le chant fendille ici la technique et se refuse à la moindre virtuosité. Facile de se laisser happer, de s’oublier même, dans les magnifiques intonations de Marion : l’apaisement et les caresses de Jungle Contemporaine procurent du bien-être.

L’artiste ne se contente pas de chanter les mots, elle utilise sa voix tel un instrument, une rythmique, une ambiance. Le petit tour de force consiste à ne jamais en faire trois tonnes (pas le genre de Marion, du reste), à trouver le parfait dosage entre l’incarnation du chant et le respect de la composition. Mesparrow adapte les variations de sa voix aux nécessités des titres – elle est l’antithèse d’une Camille, dont chaque chanson ne repose que sur l’harmonie vocale.

Pas question de s’en remettre ainsi à l’épure folk ou à la symphonie de poche. Mesparrow navigue inversement dans une électro minimale de toute beauté. Ambient ou dansant, new wave par intermittence, toujours épuré pour laisser battre le cœur des rythmiques, Jungle Contemporaine entretient le dialogue avec La Féline d’ Adieu L’Enfance. Car outre cet alliage entre électronique évanescente et voix amicale, certaines thématiques se répercutent d’une chanteuse à l’autre : la femme-enfant, la nécessité d’assumer l’étape adulte, le faux mutin.

Sur ce point, Mesparrow, qui utilise la langue française pour la première fois (Keep This Moment Alive, en 2013, se planquait derrière l’anglais), écrit des textes ni trop clairs ni trop cryptiques, ni poétiques (dieu merci) ni violemment intimes. Marion en dévoile beaucoup sur elle-même, certes, mais de façon voilée, pudique. Elle a conscience qu’une chanson se doit d’atteindre l’universel. Qu’il faut partir de soi pour parler à tous… Non, décidément, ce nouvel album de Mesparrow, vous allez l’adorer.

https://www.facebook.com/mesparrow




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.