> Critiques > Labellisés


  • 7 octobre 2018 /
    Rivulets
    “In our Circle” (Talitres)

    rédigé par gdo
    4 votes
      (10/10 - 4 votes) notez cet album


Je cherchais le frisson. Il ne me parcourait plus, comme si ma peau avait perdu ses capteurs, saturés qu’ils pouvaient être par une utilisation sans répits depuis des années, pour le plaisir personnel, ou pour celui encore plus fort de la partager. Je sentais, non pas que la source se tarissait, mais que l’usure avait comme rasé cette forêt des capteurs. Il fallait se résoudre à ne compter que sur la mémoire, à se plonger sans les sensations passées, et faire de la nostalgie l’unique moteur. Et puis, comme on tente la dernière lettre d’amour pour l’histoire continue avec un être aimé, j’ai essayé dans un geste non dépourvu de désespoir de trouver de quoi irriguer ce terrain que je savais encore fertile. C’est dans les sillons creusés à la fois par le désespoir, la mélancolie que je trouvais enfin de quoi faire germer ce qui seront les fruits d’une tension que l’intime ne sait faire sortir que dans l’art sans démolir ce qui entoure. Je pensais arpenter des terres désertes, traversées par les vents et la poussière, mais ce sont bien dans des rues, sous la lumière de la ville que je trouverais ce frisson. Ce sixième album de Rivulets est un chef d’oeuvre d’exaltation de la mélancolie, comme si le « Not Too Amused » de Sebadoh devenait la pierre de rosette de toutes les constructions musicales. Adoubés qu’ils furent par les compatriotes (et pas que par le passeport) de Low, Rivulets terrasse les géants, travestissant la rage, en une folk teigneuse ou solaire, mais toujours au bord de la rupture émotionnelle. « In our Circle » est un disque irriguant notre peau asséchée, une œuvre où la poésie se confronte à la réalité dans un combat sans merci où au final les brèches gagnent, et c’est en leurs seins que nous nous plongerons, n’entendant plus que l’écho du dehors, un écho lointain et recouvert par celui plus vibrant d’un groupe qui signe un disque tellurique. Frisson pour la vie….. « I Was Lost When I Met You ».




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.