> Critiques > Autoproduits



Si vous suivez ADA, vous vous souvenez peut être, nous espérons certainement de A Light Goes Out, pensionnaire du roboratif Volume 30 de nos compilations. Bonne nouvelle Sylvain B. (non il n’est pas le conjoint d’Agnes à priori) nous revient sous l’acronyme (pas joli ce mot je sais) ALGO, comme si il rétrécissait le nom pour essayer de grandir. Et la croissance est assez phénoménale. Si les influences avérés sont évidentes (Belle & Sebastian ou Divine Comedy) elles sont magnifiées, ce qui est une performance quand on s’attaque à de la joaillerie pop.

Ce EP est une perle, un miracle perpétuel, une benediction pop. Sylvain ne tire aucune ficelle, et pourtant il tire les fils de nos émotions les plus brulantes, parvenant à nous faire frissonner via une ligne pas aussi claire qu’elle pourrait paraitre. Car The Misunderstanding (titre d’album à ne pas prendre au pied de la lettre) regorge de parenthèses (enchantées ?) de virgules comme des verbes rimants avec aimer, des points d’exclamations jamais ostentatoires. On se croyait dans une Angleterre fief de sarah records, et nous voilà le temps d’un instant à peine perceptibles dans les appalaches Grandaddesque (A Spécial Life). Pas une faiblesse hormis les nôtres à l’écoute d’un disque qui nous fait du bien en rendant la mélancolie flamboyante (Time to Say Goodbye comme une des plus belles chansons de cette année), donnant à l’ivresse des arrangements comme un pouvoir pouvant nous sauver de la neurasthénie obligatoire. Une bien belle lumière vous est offerte.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.