> Critiques > Labelisés



Repéré ici par une série de EP tous plus convaincants les uns que les autres, Mother Of Two arrive avec un premier album vitaminé et mortellement entrainant. À l’écoute des 12 morceaux je me suis écrié, mais "You Should Coco", me jetant sur les restes des épices de la maison étant en rade d’une herbe de qualité, pour m’allumer le splif le plus mémorable, festoyant tel un cinglé sur des titres comme l’explosif de "Into The Sea"

Le sens mélodique du groupe explose au grand jour, réussissant à s’approprier sans peine d’un titre de Ween (What Deaner Was Talkin’ About). Et tout est comme cela chez Mother Of Two, tout semble couler de source, et les morceaux comme « That Train » des évidences qui ne perdront pas avec le temps l’effet qu’ils auront sur nous dès la première écoute. Là où la simplicité semble sauter aux yeux, le groupe y ajoute une forme de postérité qui fera que ces titres risquent bien de nous accompagner très longtemps. Oscillant entre pop-rock subtilement déjanté et Folk lumineuse et joueuse, le disque évite les points culminants, semble même se jouer avec nos mollets, nous invitant sans cesse à pousser de plus en plus haut. 

Disque de plaisir, de fan (il y a plus à apprendre en écoutant un titre comme "Tiger" que dans une encyclopédie sur le rock), ce premier album est un coup de maitre, un attrape coeur imparable qui redonnera le sourire à une veuve, la joie dans le coeur d’un chômeur en fin de droit et l’envie d’en découdre encore et encore à un chroniqueur usé par le temps.

À L’image de la pochette, ce disque dévore des années de musique avec un oeil plein de malice et un talent débordant. Jubilation.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.