> Critiques > Autoproduits


  • 17 avril 2019 /
    Julien Ledru
    “Along The Road I Had Traveled” (Site)

    rédigé par gdo
    2 votes
      (10/10 - 2 votes) notez cet album


Julien Ledru fait un peu parti de la famille. Au même titre que Gildas Secretin, Alex BBH, Vania de Bie-Vernet ou Jean-Remy Papleux il aura façonné quelques-unes des plus belles pochettes des compilations ADA, et comme eux il nous aura dévoilé une seconde facette de son talent, la musique.

“Along The Road I Had Traveled” est le premier album de Julien, un album exclusivement instrumental, si on excepte "Beneath the Ghosts of Millenial Rain " et ces paroles comme arrivant d’outre tombe, dans une carrière dans laquelle Julien déambulerait avec sa guitare et son courage à la main. Adepte du fingerpicking, il semble arpenter l’Amérique des horizons lointains, de ces lignes qui semblent devoir nous échapper, quand bien même nous les poursuivrions au dos d’un cheval enhardi.

Conscient de cette incapacité à maitriser cette espace, à en traduire la topographie, Julien nous parle du ressenti, de l’effet que produit sur nous cet endroit aux rares repères, que ce soit de jour comme de nuit, happant avec ses cordes l’émotion, la retranscrivant dans une forme de dénuement dans le procédé d’interprétation qui est l’une des forces de ses compositions. Julien y est seul, sans aucun artifice, avec sa guitare et un jeu tout en passion, soignant chaque instant, sans songer à la postérité, juste au présent, même si avec des titres comme "The Deep Sea Stood in Upon Me " ou "Numb with Sleep as Ruins " par exemple nous sommes dans une écriture à la stature fière et imposante, comme peut l’être la chouette trônant sur la pochette.

Un disque intime et précieux que nous adoptons d’écoute en écoute, car des voyages comme celui-ci sont précieux et rares.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.