> Critiques > Autoproduits



Pour ce troisième album, les désormais quatre Bordelais ont pioché un peu dans ce qui se fait de mieux en matière de rock depuis une quarantaine d’année, et en ont fait un mélange personnel et jubilatoire qui doit trouver toute sa puissance sur scène.

RougeGorgeRouge pourrait être le chainon manquant parfait entre Joy Division (première période) et Cult Of Luna (dernière période). Alternant influences Post Rock Ecossaises assumées (Sulfur, Remain), exercices de style Krautrock (le très Kraftwerkien avec Pyramide), accès noisy Sonic Youthiennes (Sulfur, Graden Party), Post- Punk débridé (Polonium, Mazout) et Post-Metal inspiré (End Of The Party et Mazout derechef), chaque composition ne souffre aucune assimilation définitive à un style précis tant il est vrai que rien ne laisse présager de quand et comment elle se finira. Et si le groupe maitrise à la perfection les envollées en puissance distordues et accérations de tempo, il sait aussi proposer des passages plus athmosphériques et laisser la part belle aux silences.

Si la musique de RougeGorgeRouge fait preuve d’une maturité évidente, catalysée par une production impeccable, son seul point faible restent les voix, pas encore assez assurées, et donc systématiquement doublées et sous mixées. Cette fragilité plombe certains morceaux comme avec le baryton inconfortable de Pyramide ou la première moitié de Remain. Et pourtant, un peu plus assumée, cette relative faiblesse pourrait devenir un atout original, comme sur Sulfur, et surtout sur l’aérien A Way qui conclut l’album d’une manière encourageante.

Avec NaSH, RougeGorgeRouge signe un album ambitieux et réussi, tant pour sa puissance et sa variété que pour son originalité et sa cohérence. La Ferarock ne s’y est pas trompée en leur proposant un partenariat radio, ce qui reste rare avec un groupe autoproduit. En espérant que cela contribue à leur apporter la lumière qu’ils méritent.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.