> Critiques > Labellisés



Expatriés en Normandie entre les deux confinements, deux Wonderflu (Greg et Santiago) et leurs guitares en ont profité pour prendre possession d’une petite maison pour animaux en errance. Au pied de celle-ci, loin de la vie d’un châtelain normand, ils composèrent et enregistrèrent six morceaux découpés en deux EP, pour le grand plaisir d’animaux sauvages et surtout d’un ver de terre mélomane et heureux de la compagnie des deux troubadours parisiens. Sous l’influence de glorieux maîtres comme Will Oldham, Bill Callahan, Elliott Smith ou encore Sentridoh, ils tentèrent de s’inscrire dans une tradition country et folk, celle de la transmission pas la chanson, de la musique comme vecteur des légendes et des petites histoires. Le résultat acoustique d’un côté, plus électrique de l’autre, a un charme fou, celui des chansons sans prétention qui vous prennent et ne vous quittent plus, comme ces compagnons qui se lient avec vous sans perdre de leur liberté. Sans être chiches (« Forward  » est une petite perle pour sa richesse dans l’économie, pour sa patine émouvante.) les chansons débordent d’une simplicité d’apparence. Le magnétisme des druides de Top Water.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.