> Critiques > Labelisés



« Visiter » est encore dans nos têtes, ne pouvant nous résoudre à quitter ce terrain de jeu qui ressemblait tant à nos cours du mercredi après midi, quand après le sport nous partions dans des MJC pour y apprendre à désapprendre, pour laisser notre instinct nous emmener loin dans la création, qu’elle soit musicale, graphique, faisant la joie aussi (je sais je suis cynique) des industriels de la peinture, oubliant avec force de nous attifer d’un pinceau.

Cette liberté les Dodos l’ont conservé, tout en structurant leur démarche artistique, apprivoisement sommairement cet instinct. Si sur « Visiter » on sent bien que le désir était aussi de lâcher beaucoup de choses, quitte à se bruler les ailes sur certaines plages, sur « Time To Die » la maturité est la maitresse qui va avec, dicte au disque une forme de dogme qui l’empêche peut être d’être trop libre (mais c’est à prouver) mais qui impose aussi une sortie de route contrôlée sous peine de plus jamais rien visiter. Il en ressort neuf chansons au déterminisme impressionnant. Si chez Animal Collective on sent encore une expérimentation encore sur le ton de la provocation artistique, chez les Dodos, les chansons bouillonnent d’équations mathématiques qui se croisent, comme des calligrammes musicaux. Alors je ne vais pas vous dire que Merci Long est le nouveau Apollinaire, même si sa voix peut déjà en faire d’un des meilleures chanteurs du moment, mais les dodos sont peut être les fondateurs d’une nouveau mouvement fondé sur un principe basique, laisser son instinct en laisse, en lui laissant pas mal de lest. On pourrait dés lors vous dire que « The Strums » est l’une des chansons de l’année, que « Trollnacht » va nécessiter un téléthon complet pour financer une recherche sur sa construction, que la trilogie « Small Death » « Longform » « Fables » est a graver dans le marbre, et qu’au final « Time To Die » est une chanson qui ne connaitra qu’une suite que la tête dans les étoiles.

Trois albums, deux chefs d’œuvre, Dodos est certainement le groupe le plus important de la décennie naissante. Il est temps de mourir de plaisir.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.