> Critiques > Labelisés



Avec "Spring" nous découvrons trois morceaux qui paraîtront sur le prochain album, ainsi que trois "kitchen session" enregistrés chez le batteur avec en invités les ustensiles qui se présentaient au passage. Seul "Real life" est en double, donc cinq nouveaux morceaux ! C’est d’ailleurs marrant de pouvoir comparer les deux versions. Pour ceux qui découvrent Pollyanna, c’est déjà une nouvelle orientation qu’elle nous témoigne à travers des morceaux irrésistibles. Je ne pèse pas mes mots, c’est du lourd (haha). Bon j’arrête, parlons des morceaux maintenant ! Et bien dès "My favourite song" je suis emballé. Le côté folk, la voix qui emporte et qui fait vivre son texte, l’instrumentation judicieuse amenée par ce quatuor qui fait toucher encore plus à la grâce. La mélodie est comme une caresse à laquelle on adhère immédiatement. Avec "Real Life" on a encore l’occasion de voir l’apport du quatuor, mais aussi de lire un texte intéressant. Un morceau qui se retient très vite, avec une rythmique simple et bienvenue. "Old rockers" m’a fait penser un peu à Patti Smith, ou aussi à PJ Harvey pour la musique, surtout les morceaux écrits pour Marianne Faithfull (sur Before the poison). Rock un poil rugueux, rythme entraînant, ah oui ça fait du bien aussi, et la musique est appropriée au texte qu’il faut lire bien sûr ! Le morceau se finit dans le calme qui va si bien à Pollyanna, avec un son excellent, et cette guitare électrique qui semble voyager entre les continents. On passe dans la partie "kitchen sessions". Le son est très bon, assez proche avec un aspect plus brut et authentique. Ça colle parfaitement à l’esprit folk song, et au bricolage qui l’accompagne. Du coup pour "You’re a tiger", impossible pour moi de ne pas évoquer Joni Mitchell, avec cette espèce d’innocence toute 60’s. La version de "Real Life" est très plaisante, et me fait à l’occasion penser un peu à Cat Power, surtout par l’aspect plus direct du son. Mais l’intro par les cordes m’a encore confirmé cette impression d’empreinte de Joni Mitchell, peut être à cause du caractère presque universel de la mélodie. Et puis "Take" ne viendra pas me contredire, on est en plein folk intemporel, chacun prend ce qu’il a à portée de main et participe, un véritable esprit se dégageant de tout. Un ep bienvenu, qui comme l’indique son titre, accompagne parfaitement la saison et encore un bon disque chez French Toast. Barclau