> Critiques > Labelisés



Affublé d’une paire d’oreilles que je pense souvent à tord de porcelaine, j’ai passé une bonne partie de mon année à snober Elephanz,, ne voulant pas que cet album fracasse mes oreilles. En bon travailleur de l’ombre de l’activisme pour un monde musical meilleur, je ne pouvais quand même pas définitivement remettre à demain cette chronique, optant pour une fois par les escaliers, plutôt que par l’emprunt fainéant de l’ascenseur, boite pratique pour éviter les rencontres.

Donc ce matin j’ai oublié l’existence de l’électricité, tout du moins à des fins de mobilité, pour mettre la main sur la rampe, et les pieds sur les marches pour aller à la rencontre de ces deux nantais. L’occasion de cette (déjà) réédition (oui je dois bien avouer que les rééditions à répétition me fatigue) était donc trop belle, et mon hermétisme à la chose publicitaire une bénédiction. Car si j’en crois un entourage proche consommant pas mal la télévision, des passages attiraient des oreilles (elles pas en porcelaine), me mettant sur la piste de publicités ou de coming next d’émission d’info divertissement. Rien que là j’ai failli rebrousser chemin, mais une main m’a prise presque de force. Deux mains je devrais dire. Celle des rythmes qui proposent de danser plutôt que de rester comme un antiquaire protégeant jalousement son argenterie, et celles des refrains, pièces essentielles pour vous séduire, mais qui peut, après nombre d’écoutes voir un juge prononcer un divorce avec consentement à l’amiable.

Ces deux mains sur moi, je ne pouvais plus me défiler, et me rendre compte que si « Time for a Change » pouvait certainement se passer de moi comme moi de lui, ce disque n’est pas celui qui détruira mes oreilles. Il a le pouvoir de la jeunesse, celui de rendre nouveau ce qui était ancien, de donner du souffle à la vie quand on recherche soit même son second. Comme quoi un chroniqueur cela se trompe énormément.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.