> Critiques > Labelisés



Nous ne savons pas trop ce que prennent ces sept australiens, ou tout simplement s’ils prennent quelque chose. Mais ce qui est sûr, c’est que la musique qu’ils produisent à un effet euphorisant sur ses auditeurs, un peu comme pourrait l’avoir une poignée de cachets de LSD... Les douze morceaux que contient l’album « Paper Mâché Dream Balloon » envoient de la joie, de la joie et encore de la joie. Avec la musique de King Gizzard & The Lizard Wizard, nous replongeons dans les années soixante, cette décennie où l’espoir était permis, la société se libérait et les mœurs également. Et les drogues circulaient tranquillement.

De la flute par-ci, du tambourin par là, des guitares triturées, avec plein d’effets fuzz, des ritournelles chantées avec une voix haut perchée (s’il n’y avait qu’elle...), des mélodies de rock psychédélique à gogo, des lignes de basse planantes, tout est là pour que nous prenions notre pied, en courant dans des champs de ravissement, de béatitude et de bien-être. Notez qu’en plus de l’écoute en boucle de ce petit bijou sixties, nous recommandons chaudement l’acquisition du titre « Head On / Pill » (tiens donc), un exutoire hindouisant de presque seize minutes, qui envoie dans les étoiles n’importe quel amateur de musique heureuse ! C’est d’ailleurs ce dernier qui nous a donné envie de découvrir le reste du travail du King. Gagné.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.