> Critiques > Labelisés



Depuis que Mona Kazu nous avait fait la primeur d’un titre sur le volume 38 de nos compilations, il est peu dire que le successeur de Other voices in safety places paru il y a trois ans était attendu avec une envie non dissimulée au sein de la rédaction d’ADA.

En effet, au delà de nous mettre sur la piste du titre de l’album à venir Arguments with a bird, ce morceau obsédant entrebâillait les portes sur un univers intense et troublant que l’écoute intégrale de l’album finira de totalement libérer. Argument démarre ainsi sur une base lourde, accompagnée par un chant quasi martial avant de bifurquer au tiers du morceau vers une sphère plus électronique sous l’influence des claviers et de s’achever vers une forme encore plus aérienne entre pop et folk et un chant devenu tout a coup cristallin et presque lyrique.

Cette feinte perpétuelle des genres, ce souhait d’émancipation s’incarne à merveille dans le double Hiding // Hidin dont la première partie s’achève en une pure furie rock libératrice ( too many years hidding…) à laquelle la reprise placée un peu plus loin viendra faire écho ( he promise me to set me free…) de manière plus apaisée et de nouveau portée très haut par la voix de Priscille dont la capacité à varier les intensités et les émotions impressionne.

Your voice offre un autre bel exemple de tension rock venimeux que Shannon Wright ou la reine Polly auraient bien du mal à renier tandis que Secret flirte avec brio autour d’un ligne de basse swello-pinbackienne addictive et que The fall ne finisse de nous faire succomber totalement avec une balade pop-rock pure et classieuse.

Frank, et peut-être plus encore un peu plus loin The island, offrent deux nouveaux exemples plus pop, de compositions enrichies parfois de cordes (mandoline, auto harpe) et d’influences hybrides coldwave et folk, comme autant d’argument de la capacité du groupe à faire évoluer, dévier le cours des morceaux en dehors des sentiers battus.

Libérée de toute contrainte, Mona Kazu s’offre un clip classieux et onirique pour 23, morceau à la folie germano décadente.

Une preuve supplémentaire, avec le sublime artwork signé Morgane Parvati Ward, du soin et de la minutie de l’ensemble d’un projet Incontestablement rock, éminemment enivrant : à découvrir absolument.

NB : à noter que le groupe sera en relase party à La Cave à Musique à Macon le 02 Avril à 21h.

http://www.monakazu.net