> Critiques > Labelisés



Suite labélisée et quasi immédiate à son « The desert of Wasted Time », « Hidden mémories » est une confirmation à plus d’un titre. Déjà Erwan Pépiot maitrise de mieux en mieux son chant si particulier, comme si Ian Curtis décidait de chanter comme Morrissey, sans grandiloquence ni morgue. Si sa voix pouvait manquer d’un contrepoids, celui est arrivé via Aurélie Tremblay, déjà présente sur quelques titres de « The Desert of Wasted Time ». On retrouve dans cet alliage celui que pouvait utiliser Mark E. Smith au sein de The Fall, sauf que si chez The Fall il s’agissait de contrebalancer une forme de folie, chez Somehow c’est la mélancolie qui recouvre une atmosphère pesante. Les sons se font plus clairs, les mélodies plus aérées, les rythmiques moins lourdes, presque sautillantes.

Mais pas de méprise, Somehow n’est pas devenu un nouvel ilot pour public ultra optimiste, mais il trouve sa place sur les terres pourtant hostiles des derniers survivants de l’indie à papa, la mienne, la vôtre pour beaucoup. À l’instar d’un groupe comme Young Marble Giants, Erwan Pépiot cherche le souffle dans l’économie, dans la modération dans les orchestrations, cherchant l’émotion dans son plus simple appareil, quitte à paraitre dénudé, là où beaucoup penseraient à se vêtir d’une robe de soirée ou d’un costume tiré à quatre épingles. Dans cette économie et cette dualité entre sa gravité et la possible légèreté d’une voix féminine, il tisse une toile dans laquelle se prennent nos souvenirs et nos émotions. Le fil de cette toile est tissée avec des mélodies imparables, évidentes, presque universelles, laissant éclater le romantisme exacerbé d’Erwan Pépiot.

Si nous imaginons ce que pourraient donner des morceaux comme « Red Butterflies » avec comme musiciens des héritiers du James de Tim Booth par exemple, notre frustration minime sera balayée par la proximité qu’offre la production du disque.

Erwan Pépiot signe un attrape coeur magistral pour les adolescents d’une période allant de la naissance des Smiths jusqu’au début d’internet, et une porte d’entrée merveilleuse pour les autres, car « Hidden Mémories » est un beau précis d’écriture raffinée de pop-rock, en témoigne ce petit chef-d’œuvre (parmi d’autre) qu’est « Meaningless Thoughts in Dark Times ». A prince is Alive.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.