> Critiques > Labelisés



Une sensation d’arrêt, de temps suspendu, en écho au mois d’août où tout semble devoir s’arrêter. Une évidence, une sorte de connexion primitive, instinctive à un univers dans lequel on se sent tout de suite chez soi, accueilli avec bienveillance, sincérité et duquel l’idée même de s’en extraire semble extravagante.

Odds and Ends, c’est exactement cela. Mathieu Gueros à la tête du projet depuis 2010 s’est tourné vers l’Allemagne et plus précisément vers Barbara Zimmer qui l’accompagne au chant et aux claviers sur ce nouveau EP Juchu ! à sortir le 15 septembre.

Si l’évolution du groupe se fait sous influence d’un vent d’est, il est finalement assez logique que les horizons vers lesquels il pousse soient à l’ouest...loin là, bas, de l’autre côté de l’océan atlantique berceau des références folk et/ou rock-folk qui viennent rapidement en tête à l’écoute des 6 titres qui composent ce EP.

Les deux morceaux les plus directement folk sur une base guitare et duo de voix My Home Is Where My Friends Are et Miss Pop permettent d’apprécier la simplicité et la beauté des textes dignes des meilleures compositions de Mark Eitzel auquel le timbre de voix ici grave et profond de Mathieu Gueros fait parfois penser.

When A Flower Is Born From Chaos, porté par des orgues célestes et des voix qui ne le sont pas moins, évoque certains titres des canadiens de Evening Hymns tout comme le plus enlevé et réconfortant Sunshine Hunter qui ouvre le disque.

Les deux morceaux qui suivent, n’en sont pas moins remarquables. Where There Is Rain There Is A Rainbow, porté par des orgues hypnotiques, un rythmique métronomique et un texte sublime donne un terrain de jeu parfait aux voix de Mathieu et Barbara pour un dialogue dont on croyait Alan Sparhawk et Mimi Parker seuls dépositaires.

Alone, I’m Nothing, sublime procession au cœur sombre, impressionne ensuite par la manière sidérante de réussir à concilier un morceau introspectif, crépusculaire et absolument bouleversant dans ses deux premiers tiers et à l ‘ouvrir dans sa dernière partie vers des horizons lumineux majestueusement arrangés. Le genre de morceau qui vous laisse le souffle court (5’38 en apnée c’est long), les yeux gonflés (euphémisme dicté par la pudeur) et le sourire béat devant tant de beauté.

Odds and Ends avec Juchu ! signe ainsi un EP aux teintes automnales que nous garderons à portée de main quand nous aurons besoin de réconfort ou de suspendre un peu le temps une fois la rentrée passée.

Avant cela, nous irons voir le groupe à la Dame de Canton le 15 Septembre prochain où le groupe se produira avec Hold Your Horses pour une soirée qui s’annonce enthousiasmante.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.