> Critiques > Labelisés



Nous nous étions pas mal emballés avec le dernier EP du groupe, il faut dire que celui ci regorgeait de tubes potentiels, et nous sentions que le pétard allumé était tout sauf mouillé. Et bien pour une fois nous avons eu raison, car ce groupe avec Bombay dans le nom (oui c’est une mode, je préconise Kiev pour les prochains choix afin de rendre hommage aux arracheurs de pavés) passe le cap de la longueur pour nous livrer un disque bouillonnant.

Nous ne pouvons comptabiliser les moments forts, les instants qui nous font regretter de ne pas être équipé de plusieurs paires d’oreilles elles même raccordées à plusieurs cerveaux, le tout centralisant les perceptions globales en un point unique. Avec Bombay Show Pig vous êtes comme chez les Kills qui auraient le temps d’une soirée organisé une partie de tetris avec PJ Harvey et Nada Surf, chacun mettant sa brique pendant que l’autre peinturlurera les cheveux des autres. Ce sont des morceaux implacables qui jalonnent cet album, et même si nous pressentons que ceux ci nous lasserons rapidement, nous ne pouvons nous empêcher de mettre en boucle « Sancho Panza », le killien sans le sexe « Heart In a Headlock », le blurien ou pixien « Stuck in my State of Mind » ou ne nada surfien « Timewaster » perle parmi les perles d’un disque que nous reprendrons les poumons à l’air.

« Vulture / Provider » est un disque monstrueux comme il en existe chaque année, un disque qui nous accompagnera le temps de passer à un autre, mais vers lequel nous pourrons revenir quand l’envie de s’aérer avec une énergie débordante se fera ressentir. Un feu d’artifice.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.