> Critiques > Labelisés



Les fans de jeux vidéo réveilleront certainement avec le nom de ce groupe, les heures passées devant la télé, un manche boutonneux dans les mains, à avancer dans une jungle hostile, à tuer des monstres ou je sais quelle autre mission à remplir pour faire la joie d’industriels japonais.

Mais Menace Beach a peut être des circonstances atténuantes, car venant de Leeds qui n’est pas réputée pour être une ville à la distraction facile. L’autre champs d’investigation du groupe est certainement celui des 90’s, tant le groupe pioche sans vergogne dans le son de cette période, allant de My Bloody Valentine, Lush, les Smaching Pumpkins ou le versant pop de Sonic Youth (« Chearleader » est la parfaite combinaison de tout cela, de la pop à la Boo Radleys en plus).

Je dis pioche et nom pille, car cela est fait avec tact, prenant bien soin d’adjoindre à ce son que m’est cher, à une forme de psychédélisme rendant certains de ces morceaux presque aussi obsédant qu’une partie de Tetris. Savamment entourés qu’ils sont notamment par Paul Draper un ex Mansun, Ryan Needham et Liza Webster semblent bien armer pour une bataille, une mission qui n’est pas virtuelle, trouver un public ni trop vieux pour ne pas supporter que ces années indes soient ainsi reprises, ni trop jeunes pour ne pas supporter un son qui pourrait nettoyer des oreilles habituées au miel. Jouons au « Lowtalker » avec Menace Beach.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.