> Critiques > Labelisés



Il y a des unions qui sont quand même contre nature. Je n’imagine pas laisser ma fille jouer au ballon avec un gamin portant un maillot du FC Nantes, et je me vois encore moins passer une journée avec un groupe d’étudiants fans de Metronomy qui moqueraient mon absence de métro sexualité. Depuis tout petit je sais que le jambon c’est avec la purée, que la menthe c’est dans le pastis et que ma main c’est dans celle d’un ou d’une autre.

Stumbleine, producteur anglais a par contre, à mon humble avis eu la main très lourde, et un manque de recul quand il a décidé d’inviter la chanteuse galloise Violet Skies. Lui demander de poser ses mots et sa voix sur ses compositions pointilleuses et soignées est aussi catastrophique que de faire jouer Samuel Le Bihan dans un film de Desplechin. Aussi joli que soit le timbre de voix de celle ci, ses vocalises écrasent les atmosphères de Stumbleine, forçant même celui ci à en faire de trop, de monter le son. Du coup on se retrouve avec un EP frisant l’overdose de lalalala lolololo lililii sur des grouik grouak grouuk moins subtiles.

Imaginez une seconde Céline Dion sur le prochain My Bloody Valentine. Voilà vous m’avez entendu.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.