> Critiques > Labelisés



Afin de se préparer aux hypothétiques journées ensoleillées, le troisième album des californiens Fool’s Gold tombe à pic. Déjà, le tubesque single « I’m in Love » (et son esprit très Tom Tom Club) incitait à bazarder les mentaux gris pour ressortir du placard la chemise hawaïenne et les lunettes roses. Une soudaine éclaircie aujourd’hui confirmée par « Flying Lessons » : dix titres, dix pépites, dix bonheurs. L’oreille hâtive associerait les compos de Luke Top et Lewis Pesacov (principaux responsables du son Fool’s Gold) aux confrères britanniques de Hot Chip. Pourtant, avec leur manie de vouloir faire chalouper la disco sur un funk Lacoste, c’est bel et bien au New York des Talking Heads et de Kid Creole que renvoie cette musique aussi pop qu’exotique. Le grand soleil est cependant contrebalancé par une voix en provenance de quelques horizons post-punk (celui, toujours issu de la Big Apple, de Richard Hell ou de l’expatrié british Nikki Sudden). En effet : Fool’s Gold aurait parfaitement trouvé sa place sur la scène du Knitting Factory…




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.