> Critiques > Labelisés



Je ne crois pas, j’en suis sur, dans une vie antérieure elle a du être fabricante d’horloges, pas de celles a trois francs six sous, a des faites sur mesure, précises, artisanales, peintes a la main, comme celle qui dort dans le salon de mes parents, deux mètres de haut, dorures, beau bois, infaillible, immortelle, des horloges comme on en fait plus, parce que le temps n’existe plus pour ça. Elle, invente le temps nécessaire. Il y a de la magie, bien sur que c’est magique, de ces milliers de pièces, reconnaitre le cliquetis, l’emplacement juste et parfait pour que le mouvement s’enchaine au suivant, les aiguilles val sent, les ressorts épousent la danse, et les cuivres et métaux sont or, et se font aisément anneaux de mariage entre secondes et siècles. Sophie est née aiguille et sphère, bois et métaux, Sophie est née temps, et elle abuse du même avec élégance, insouciance et inéluctable plaisir et art. Elle seule est capable de décrire chaque son dans une encyclopédie des sens, elle seule sait épeler des mélodies bouleversées et les réciter bouleversantes, elle seule, jouant sorcière jouant fée, est joailler de l’univers de ses disques, question d’émerveiller les masses de gens aux oreilles pressées, aux ouïes sans temps. Supermoon est cet engrenage magique, cette machine à produire des poèmes qui se greffent comme prières. Tout voyage commence là, dans le premier titre cet intense Supermoon qui parait libre de toute gravité, dont le son spatial enveloppe la prose tranchante, créant un envoutement shamanique, le ton est donné, nous sommes devant un art global, entre l’espace et l’intime, limbes entre l’intérieur et l’extérieur, l’âme et l’engin, l’esprit de la machine. L’horloge marche en toute perfection, rythme d’aiguilles de secondes, rythme d’aiguilles de minutes, rythme d’aiguilles d’heures, et rythmes cardiaques, a la guise de l’horlogère des sons, qui calcule les rocks et les transes au fur et a mesure de ses lettres, puissante, vaillante, déchainée (« The capitalist », crescendo mortel). Elle s’anime dans des rockabillies sans perdre son autographe en bas du solfège (« Am radio »), enclenche chaque pièce de métal, les ressorts, les fils de fer dans un écrin de bois ou de verre, suivant le temps, suivant le tempo, surprenant dans des compositions énormes (« Mad miles », ma préférée), de ces thèmes qui donnent une ampleur exacte d’un talent (ici, l’infini)et de ces horloges qui sont finalement de ces montres qui s’incrustent a nos peaux et que l’on ne quitte même pas pour dormir, qui accompagnent le rêve. Et tout le disque à suivre le mouvement de ce balancier de cuivre rutilant, huilé avec spéciale attention a l’envoutement, ne laissant somnoler aucun instant, réveil aux aguets, qui vous souffle tout d’un coup un vieil organe pour vous faire entrer dans des rondes pop, effets jazz réchauffant ces hymnes teutons au langage si froid pourtant, coucou suisse comme métronome dans l’ironie, l’humour d’une nostalgie. Sophie se fait donc poète du temps et de l’espace, sensible. Dans « Les plus grands » elle définie ce moment juste de pause que marquent les aiguilles avant de changer de minute, une pause de douceur-douleur. Sophie marque avec la sagesse de l’orfèvre professionnelle, le temps lent et le temps courant, le temps mort et les temps de vie, les tempos et les tempêtes, planning de fêtes et défaites « Super woman »,style Motown au plus haut du label, est une fantastique cérémonie de liesse, suivie de « Die ganze welt » et « Weltmeister » style Old Mississippi revisited, blues modernes aux reflux de rock lent écorché vif. L’horloge semble parfois nous rappeler que le temps meurt, et sombre dans une obscurité où grandie l’écrivain, dans des ambiances de nostalgies et soniquets de jouets (dieu que ce « Fathr » est prenant et éraflant) et son suivant « Universum » qui nous ramène a ce sentiment d’apesanteur de « Supermoon » pausent un moment nos esprits sur l’intime Sophie Hunger, celle qui nous manquait peut être dernièrement, mais qui ici retrouve tout le pouvoir d’une même, dans ses différences et ses créations qui sont des chocs d’électrons dans des montres digitales, des va-et viens d’une culture a l’autre, d’une heure a l’autre, d’un jour a une nuit. Surgit alors l’expérimental tribal « Age of Laven », sonorités organiques pour nous faire prendre le temps d’entrer en nous, et une fois là, dans notre chair, elle pleure une « Chanson d’Helene » digne des contes de Barbara (j’y retrouve les accents d’une Marie Laforêt) qui parle de nous tous en son nom, car tous nous avons vécu l’instant de mort de l’amour, l’horloge a marqué ce moment, là aussi. Sophie seule, je le répète sait monter cette machinerie onirique, et de ses voyages apprends à créer de nouvelles métriques du temps, de nouvelles notions, « We are the livin » mélange la manière des chants d’esclaves cotonniers de la Louisiane a du glam, du rock étincelant. « Craze » est je crois, le seul petit lopin de terre que Sophie veut garder pour elle dans cette odyssée spatiale, un moment a part du temps, son espace temps de survie personnelle, le socle de son âme, la parenthèse qu’elle s’offre avant de repartir a la poursuite du temps perdu dans un « Heicho » pure élévation spirituelle, sans tempo clair, osé comme un envol. Vient achever l’engin poétique, vient décorer le bois de l’horloge, vient inviter à partir ce « Queen drifter », lent comme une douleur d’adieu du bout des espoirs, merveilleuse ballade intense, profonde du bout de l’espace, aux abords d’un trou noir. Là où le temps ne compte pas, disent-ils, ni l’espace se mesure, affirment-ils, et les aiguilles n’ont plus à bouger, ou bougeront a jamais. Il est temps pour Sophie de remettre ses pendules à l’heure, repartir à zéro, chercher l’espace de nouveaux trésors, temps pour nous d’entrer en boucle, dans ce continuum temporel qu’est ce fabuleux disque, notre horloge interne.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.