> Critiques > Labelisés



Il y a quelques mois nous faisions connaissance avec Kaax au moment de composer le volume 37 de nos compilations et tombions sous le charme de Low Def, morceau accrocheur dès les premières secondes par sa capacité à déclencher instantanément un mouvement irrépressible des épaules, vite contagieux au reste du corps puis de nous maintenir sous son charme par un travail aussi riche que précis des textures sonores.

Autant le dire tout de suite, Traffic Light ne déçoit pas, bien au contraire. Green, qui ouvre le disque, nous embarque avec une ouverture douce et subtile, accélère ensuite le rythme avant de le suspendre un temps pour ensuite passer la surmultipliée ayant pour résultat de nous propulser dans un état euphorique et d’éveil sensoriel réjouissant. Le genre de morceau qui remplace haut la main tout les Guronzan matinaux du monde auquel on pourra ajouter HH13 et Jam qui lui succèdent dans la foulée.

L’écueil de la monotonie, dans lequel la musique électronique peut parfois vite sombrer, est par ailleurs brillamment évité en explorant des pistes parfois plus lentes et sombres comme sur l’implacable et obsédant Orange ou oniriques et cinématographiques sur le sublime Pathway au cœur du disque ou sur Red qui le clôture.

Ce dernier morceau offre une nouvelle illustration de la subtilité et de la richesse des compositions de ces neufs morceaux indispensables à mettre (absolument) dans le sac de voyage de l’été 2016 et à utiliser d’ici là comme un mantra coloré contre la grisaille !




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.