> Critiques > Labelisés



Ninon, tu n’as que 4 ans, et là c’est presque dommage. Que dire de ton pauvre père qui lui à 43 ans et c’est tout à la fois dérangeant et complément frustrant pour lui, enfin pour moi, tu comprends. Déjà cet été je te soufflais le Blizzard, tu allais te laver les dents quand tu disais le gros mot de peur que tes dents deviennent noires, mais je comprenais pas trop le pourquoi du comment. Je t’ai aussi présenté Kané, une chouette type, une chouette chanson. Oh je ne disais pas que ton papa se couvrait de quolibet, mais parfois d’affirmer que l’on a raison en dépit du vent contraire cela entraine des malentendus.

Depuis trois semaines je crève de mes 40 ans, et je me dit que cette leçon de vie serait pas mal pour ton adolescence. Ouais

Les derniers générations avaient le rap, souvent c’était violent, plutôt négatif. Là c’est ce que j’aime du rock, avec un rien de spoken word, tu vois comme si la filiation pouvait aussi se transmettre par des disques. Alors l’histoire de Fauve c’est comme une révolution, mais pas une révolution globale, car faudra que tu apprennes cela, ton monde est égoïste, donc si tu fais la révolution elle sera intime, celle que ton père a raté, lui qui est collé au photocopieur, qui fait souvent semblant et qui poste des bouteilles à la mer, car des vieux frères il en a pas mal, les mêmes que lui.

Avec ce disque de Fauve c’est comme une histoire que papa te lit le soir quand tu peines à t’endormir car le matin à l’école Tristan t’a volé ton paquet de mouchoirs. Sauf que je ne peux te dire pour le moment vers où tu vas car je pense que l’idée même d’avoir les pieds dans le ciment pourrait t’insister à éviter d’aller voir plus loin. Non tu vas le découvrir par toi même, avec le temps tu auras la possibilité de passer le cap, de tout plaquer et de vivre, car Fauve est une ode à la vie, une méthode assimile pour mettre fin à l’aliénation par le travail, une cure dévastatrice pour ton papa qui ne peut plus faire sa révolution car il a des crédits sur les bras, un précis de détermination pour tes années futures, pour que le blues ne soit pas partout, même si chez Fauve le blues lui va bien, et à permis de vouloir partir ailleurs. Pour Fauve tu es une infirmière, mais à toi de trouver ton infirmier, et tu le chanteras avec maladresse et beauté, tu te prendras en mains, car tu seras de CEUX, tu avanceras.

Tu comprendras que Fauve était le nom qu’il fallait, tu liras des choses sur le sujet, tu comprendras la polémique, mais tu te diras que la vie est courte (oui cela tu vas le découvrir que l’arbre que tu as planté dans le jardin de l’école a une espérance de vie supérieure à la tienne) pour se battre pour cela, la bataille la plus importante, c’est la bataille intime, celle que Fauve nous raconte, celle que ton papa a refusée, mais en même temps serais tu là si il l’avait faite ? Tu es là, et c’est l’essentiel. Je t’aime….sois fauve et écoutes avec moi « Rag#4 » les larmes aux yeux.