> Critiques > Labelisés



Il y a trois ans, à propos du premier EP des Parisiens Kid Parade, nous évoquions la pop sautillante de Clap Your Hands Say Yeah ou The Spinto Band (les références pop du moment). En précisant néanmoins que ces quatre titres offraient tellement de contours musicaux, qu’il était bien difficile d’envisager les couleurs du LP à venir. À croire que Jean-Baptiste Ayoub et ses trois confrères (Arthur, Philippe et Sébastien) partageaient un sentiment identique, puisque, initialement prévu début 2014, l’album aura nécessité deux années supplémentaires.

Depuis 2013, les choses ont pas mal bougé chez Kid Parade. Dans le bon sens : reculer la confection du disque, prendre un peu de recul sur les objectifs souhaités, voilà qui, naturellement, décuple en profondeur et sophistication les propositions d’antan. L’insouciance, les derniers restes adolescents appartiennent au passé. The Turtle Waltz, sans ne rien perdre de la fragilité entraperçue hier, se confronte au présent, aux espoirs et désillusions de l’âge adulte. Car si le premier EP du groupe cherchait à placer quelques rasades mélancoliques dans le soleil des compositions, c’est aujourd’hui l’inverse : spleen et torpeur se taillent la part du lion, jusqu’à, pour Kid Parade, traquer les éclaircies, une lumière revigorante.

Très épuré (magnifique production de Manuel Calderon – qui a bossé avec Beach House, rien d’hasardeux), The Turtle Waltz oscille entre intimité pop-folk, songes dream pop et légères brises électriques. Album de recueillement, qui s’interroge. Cette introspection se veut pourtant sereine : les membres de Kid Parade partagent leurs doutes, certes, mais sur un mode universel (chaque titre possède un refrain enchanteresse). Il est ici affirmé que la mélancolie s’apparente à un terrain où il fait bon vivre.

Avec leur EP de 2013, Kid Parade, malgré le talent dévoilé, aurait pu ne jamais dépasser l’enthousiasme du moment (et face à l’absence d’un premier album, nous commencions à le penser). The Turtle Waltz va plus loin que la simple confirmation d’un vieux feeling : il devrait logiquement imposer Kid Parade parmi les meilleurs artificiers pop de France.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.